France Inter, samedi 7 septembre : Le parfum de Cléopâtre à écouter

Le parfum de Cléopâtre

Les savanturiers Samedi 7 septembre 2019

par Fabienne Chauvière

 

Le parfum de Cléopâtre © Getty / Alukard1

Des archéologues anglais pensent avoir découvert la fragrance de l’ancienne reine. Les résultats de leurs travaux viennent d’être publiés. 

Ces archéologues ont fabriqué un parfum à partir de résidus trouvés dans les amphores d’une ancienne parfumerie. En 2012, les archéologues ont découvert ce qu’on pensait être le domicile d’un marchand de parfums ; ils ont trouvé  un espace de fabrication d’une sorte de liquide ainsi que des amphores et des bouteilles de verre contenant des résidus. Ces résidus ont permis aux chercheurs de retrouver les ingrédients qui entraient dans la composition des parfums de l’époque de Cléopâtre : les  fragrances étaient fortes, épicées et musquées.

Mais on connaissait déjà en fait ces odeurs, car on a depuis longtemps les recettes de ces parfums.

Cléopâtre, dernière reine, était connue pour son amour des parfums

A-t-elle porté ces parfums que l’on vient de reconstituer ?Difficile de répondre à cette question ! Selon la légende, Cléopâtre aurait utilisé un puissant parfum pour envoûter l’empereur Marc-Antoine en l’an 41 avant J.-C. Ces parfums on le sait ont circulé à l’époque de Cléopâtre, mais rien ne permet de dire que la reine l’a elle-même porté. 

–      Pour l’historienne et anthropologue Annick le Guerrer, notre plus grande spécialiste de l’histoire des parfums, les bonnes bourgeoises de l’époque en tous cas, ont porté ces parfums.

–      On pourrait porter ces parfums aujourd’hui ?

On pourrait porter ces parfums aujourd’hui… car ils sentent très très bons ! En revanche, ils tacheraient nos vêtements, car grâce aux recettes de Pline l’ancien, on connait les méthodes utilisées par les parfumeurs de l’Egypte antique.

Les invités

  • Annick le Guerrer anthropologue et historienne, spécialiste de l’histoire des parfums

RTS 26 août 2019 : L’art a-t-il une odeur? par Ariane Hasler

RTS Vertigo :  L’art a-t-il une odeur?

Ariane Hasle

par Ariane Hasler

Image © Alfonso de Tomás

Associer des parfums à des œuvres, c’est le pari original que font une marque française de beauté et le musée du Louvre. Huit grands « nez » se sont penchés sur autant de chefs d’œuvres et nous font sentir ce qu’ils ont ressenti. Et qui de mieux qu’une spécialiste de l’odorat, Annick le Guérer pour parler de ce sens mystérieux et ostracisé ?

A voir à lʹofficine éphémère Buly au musée du Louvre, à Paris, jusquʹau 6 janvier 2020.

Sport et Style 1er mai 2019 : TOUCHE PAS A MA TRANSPI, par Nadia Hamam

Edition du 1er mai 2019

TOUCHE PAS A MA TRANSPI!

par Nadia Hamam

« La sueur fait partie de notre identité. Supprimer notre odeur c’est comme une stérilisation, une amputation d’un élément fondamental de la communication humaine et sexuelle. » Annick Le Guérer

(…) Connaissez-vous le MiraDry, un nouvel appareil à ondes ultracourtes qui détruit les glandes sudoripares des aisselles?

Le but : réduire de 8o% la transpiration dans cette zone( …) Idéal quand on pâti d’une sudation invalidante -5,5%% de la population souffrirait d’hyperhidrose. Pour les autres, c’est une très mauvaise idée à en croire Annick Le Guérer anthropologue, historienne de l’odorat et du parfum. « La sueur fait partie de notre identité. Supprimer notre odeur c’est comme une stérilisation, une amputation d ‘un élément fondamental de la communication humaine et sexuelle » décrit l’auteur de l’ouvrage Les Pouvoirs de l’odeur (Éditions Odile Jacob). LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE