3 octobre à 17 à Grasse : George Sand ou la rose soufre

Conférence le 3 Octobre 2018 à 17h«George SAND, un grand écrivain olfactif à la croisée du parfum et de la musique»  au Palais des Congrès, 22 Cours Honoré Cresp, 06130 Grasse

Le cercle culturel du Pays de Grasse donne la parole à Annick Le Guérer afin d’évoquer l’univers de George Sand. Historienne de l’odorat, de l’odeur et du parfum, elle présente le portrait de d’une femme sulfureuse.. 

Renseignements auprès de Linda WHITE au 04 92 60 42 74.

 

LES INROCK : Enquête « Si on sentait »

 25 juillet 2018 – N°1182

« SI ON SENTAIT » Enquête par Carole Boinet, photo Kostis Fokas

Impossible d’y rester indifférent. LES ODEURS CORPORELLES excitent, taquinent, dégoûtent, répugnent. Certains fétichistes se repaissent même d’aisselles transpirantes et monnaient leurs culottes odorantes.

(…) On ne parle pas souvent des odeurs du sexe, si ? Peut-être parce qu’il n’existe pas de langage pour le faire, rappelle Annick Le Guérer, philosophe, anthropologue, historienne française, auteure du Parfum: des origines à nos jours (Odile Jacob, 2005) : n’est pas un sens rationnel mais émotionnel. Les parfumeurs et œnologues distinguent les odeurs en se forgeant un vocabulaire qui n’est pas universel. Ils classifient en recourant à d’autres sens: ‘verte’, ‘sombre’, ‘acide’, ‘douce’. Ou ont recourt à la source de l’odeur : mazout, café, lierre, fleur… Mais l’odorat n’a pas son vocabulaire. Pourtant, et le sexe sont très liés, affirme-t-elle.

Freud considérait par exemple que l’homme devait refouler son odorat car il était trop lié à la sexualité et l’empêchait de fonder une famille. Il pensait que nos ancêtres qui marchaient à quatre pattes avaient le nez près du sol et donc un odorat prononcé, et que la civilisation n’avait pu se développer que lorsqu’ils s’étaient redressés. Les philosophes des XVIIIe et XIXe distinguaient l’odorat de la vue et de l’ouïe, les sens de la connaissance. C’est Nietzsche qui a combattu le mépris envers l’odorat en disant que de là venait son génie. (…) LIRE L’INTEGRALITE

Vous avez dit mandragore! LE LIVRE

« Vous avez dit Mandragore ? » à St-Antoine-l’Abbaye – Du 8 juillet au 11 novembre 2018 à St-Antoine-l’Abbaye

ANNICK LE GUÉRER a publié dans ce livre édité par OUEST FRANCE un article sur LES PARFUMS THÉRAPEUTIQUES.


Accueillir et soigner en Occident, telle est la thématique développée par le musée de Saint-Antoine-l’Abbaye au coeur de la nouvelle exposition évènement de l’année, ultime volet d’un cycle de recherche initié en 2016 autour de l’histoire originelle de la vocation caritative de l’un des plus puissants ordres hospitaliers de l’Europe médiévale.

Replacée dans le contexte historique du XIe siècle à la fin du XVIe siècle, cette présentation entend réactualiser les connaissances sur les missions autant que sur la typologie des structures d’accueil et de soins développées par les hospitaliers de Saint-Antoine. Cet ordre apparu dans le sillage d’autres institutions hospitalières se tourne dès son origine vers la charité, s’ouvre à l’évolution de la pratique médicale et plus spécifiquement chirurgicale comme à la diffusion d’un recours généralisé aux substances végétales, animales ou minérales. De la charité aux soins, de l’hôtel-Dieu à l’hôpital, ils feront du jardin, à l’instar de leurs contemporains, un prolongement naturel, magnifié dans les manuscrits comme dans les traités de botanique.

Près de 100 oeuvres provenant de collections d’exception. Instruments de chirurgie, pièces textiles, pots à pharmacie, manuscrits et traités de botaniques, peintures, estampes illustrent le parcours auquel participent de nombreuses institutions nationales à travers des prêts.

Commissariat de l’exposition et direction éditoriale : Géraldine Mocellin, attachée de conservation du patrimoine, directrice du musée de Saint-Antoine-l’Abbaye et Sylvain Demarthe, docteur en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge – UMR ARTeHIS Université de Bourgogne.


Musée de Saint-Antoine-l’Abbaye – Salle voûtée
Le Noviciat – 38160 Saint-Antoine-l’Abbaye
Tél. : 04 76 36 40 68 – www.musee-saint-antoine.fr