Presse écrite 2018

 

21 décembre 2018 – DÉCRYPTAGE Parfum : le genre, appât d’odeur Par Marlène Thomas

Boisé pour les hommes, fruité pour les femmes. Depuis les années 70, le business du parfum obéit à des stéréotypes genrés. Une pratique occidentale modelée par des stratégies marketing.

(…) Annick Le Guérer, historienne de l’odeur et du parfum, qui a notamment écrit le Parfum : des origines à nos jours, précise : «On sentait bon mais on mettait ces parfums aussi et surtout pour se prémunir des mauvaises odeurs qui, pensait-on à l’époque, entraient par la peau, le nez et la bouche, dans le corps et donnaient des maladies.» Dans l’Antiquité, à Rome, hommes et femmes se parfumaient indifféremment. Et même les chevaux et animaux domestiques y avaient droit pour les prémunir des épidémies et maladies. (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


14 novembre 2018 : Les bonnes ondes du parfum Par Monique le Dolédec photos : Bastien Lattanzio 

Et si le contenu de nos précieux flacons avait le pouvoir de nous procurer bien-être et confiance en soi ? Une nouvelle approche du luxe, émotionnelle et holistique. 

(…) L’historienne, anthropologue et philosophe Annick Le Guérer, coauteure du récent ouvrage Bulgari: The Perfume of Gems (Rizzoli), décrit le fameux « onguent du minéral divin », un parfum préparé par les prêtres de l’Egypte pharaonique dans l’enceinte des temples et destiné à régénérer les dieux. Il était composé d’un mélange de matières aromatiques comme l’encens, la myrrhe et le styrax, et de gemmes comme le lapis-lazuli, le jaspe rouge, la cornaline, la turquoise… Pierres et parfums, ce que la terre produit de plus précieux, dotés de vertus thérapeutiques et
magiques. Il suffit d’y croire. (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


NEZ octobre 2018 : LE PARFUM A ETE LE PREMIER MEDICAMENT 


Revue Nez du 1er octobre 2018 :  UN ESPRIT SAIN(T) DANS UN CORPS IMPUR par Delphine de Swardt, journaliste

Offrande, moyen de communication avec le divin, source de ravissement, image de la voie à suivre…Les différentes religions accordent une place importante au parfum,dans les textes comme dans la pratique liturgique. Le parfum partage avec le divin une invisibilité. (…)

À l’odeur d’encens répond celle des saints « dont la chair sanctifiée par la chasteté et le jeûne est devenue incorruptible et, odeur exemplaire entre toutes, celle du Christ sacrifié», souligne Annick Le Guérer. LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


Edition du 24 août 2018 : « Règne de I’émotion + addictîon =  LA NOUVELLE ÈRE OLFACTIVE » par Valérie DE SAINT-PIERRE, journaliste

DE NOUVELLES FRAGRANCES PERMETTENT D’AGIR AU PLUS PROFOND DE NOS PERCEPTIONS. ET DE NOUS MENER PAR LE BOUT DU NEZ.

Hier, les bougies parfumées étaient dénommées Ambre, Figuier ou Rose poivrée. Dorénavant, c’est Odeur de Câlin, Pierre de Lune, ou tout simplement Zweig, qui restitue, nous dit-on, l’atmosphère du «jardin de l’écrivain à Rio de Janeiro, en 1944»!

(…) Cette revanche de l’odorat sur l’ouïe et la vue, sollicitées parfois jusqu’à l’abrutissement, ne surprend pas l’anthropologue Annick Le Guérer. LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


3 août 2018 : Nos odeurs et leur pouvoir insoupçonné par Laurence Dardenne

Tantôt repoussantes tantôt, a contrario, plutôt attirantes, les odeurs corporelles, lorsqu’elles ne sont pas masquées par un parfum, ont un pouvoir qui n’est pas anodin, dans nos rapports aux autres notamment. Et cela, de manière souvent inconsciente. 

Scientifiques, anthropologues, psychologues, historiens, écrivains…, ils sont nombreux à s’être penchés sur ces effluves que nos corps laissent derrière eux. (…)

« Quoi de plus mystérieux qu’une odeur, capable aussi bien d’attirer et de séduire que   de provoquer d’irrésistibles réactions de dégoût et de rejet! » Annick Le Guérer, Anthropologue et philosophe, auteur de Pouvoirs de l’odeur, Ed. Odile Jacob. Retraçant, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, l’histoire des odeurs et se fondant sur les recherches scientifiques menées sur l’odorat, Annick Le Guérer montre notamment leur rapport étroit avec la sexualité. LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


13 juin 2018 – N°3493- Dix

Le parfum de la province  par Monique Le Dolédec, journaliste

A l’approche de l’été, les parfumeurs nous invitent à voyager vers des contrées familières, élaborant des extraits de jardins secrets ou de bords de mer vivifiants rappelant les souvenirs d’enfance et les bons moments de la vie. L’essentiel est plus proche qu’on ne le pense. (…) N’oublions pas que,mis sur la peau, le parfum influence notre état d’être.»

Des propos à rapprocher de ceux de l’anthropologue et historienne Annick Le Guérer,auteur de Le Parfum des origines à nos jours(Odile Jacob) : « Depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du xixe siècle,on s’est soigné,notamment avec l’eau de Cologne, qu’on avalait.Napoléon en cachait quelques flacons dans ses bottes qu’il ressortait sur les champs de bataille. Il en buvait régulièrement le contenu pour ne pas tomber malade au milieu des miasmes des corps en décomposition. Face aux menaces actuelles de pollution et de scandales sanitaires,les gens demandent des parfums qui soignent. » Se faire du bien et se protéger du monde extérieur…Voilà ce que l’on cherche inconsciemment. (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE


14 février 2018 : « Une senteur et votre coeur chavire » par Aude Lambert

Atout séduction, le parfum est l’un des cadeaux préférés de la Saint-Valentin. Il est loin le temps où les prêtres utilisaient les gommes aromatiques (arbres à encens ou à myrrhe) pour honorer leurs dieux. « Sous l’Antiquité, on brûlait ces gommes. On établissait un lien vertical, grâce à la fumée, entre le ciel et la terre », décrit Annick Le Guérer qui revient à Montbéliard nous en parler. LIRE L’ARTICLE COMPLET


JANV-FEV 2018 – Anthropologie

Le soignant et son rapport au corps malade par Catherine Mercadier, journaliste, Directeur des soins, docteur en sociologie,conseillère pédagogique régionale Toulouse

La relation soignant-soigné est aussi un « corps-à-corps ». Celui-ci met en jeu des perceptions sensorielles générant une interprétation cognitive et émotionnelle. L’établissement d’une juste distance permet aux soignants de rester professionnels en maîtrisant le risque de « contamination symbolique » et de débordement émotionnel. (…)

L’odorat et le dégoût, exemple emblématique du lien sens-émotion. De l’odorat, les soignants parlent peu. Et pourtant, il est sans doute le sens le plus sollicité dans l’interaction soignant-soigné, et le plus souvent désagréablement. LIRE LA SUITE 


25 janvier 2018 :  LE VIF L’express Belgique Magazine n° 04 – Trop propres ! par Mélanie Geelkens

L’excès d’hygiène nuit à la santé. Les scientifiques en sont de plus en plus convaincus : à force de tuer les mauvaises bactéries, nos modes de vie aseptisés éradiquent aussi les bonnes, les indispensables, qui nous protègent. L’asthme, les allergies, les intolérances alimentaires voire l’obésité en seraient les conséquences. La solution ? Se « resalir », quitte à se soigner à coups…d’excréments. Une nouvelle médecine se dessine.

(…) « Finalement, cette course à la propreté est assez récente. L’histoire de l’hygiène n’est pas linéaire, souligne Annick Le Guérer, historienne et anthropologue française, auteure de Le Parfum : des origines à nos jours (éd. Odile Jacob). Les Egyptiens, par exemple, y accordaient beaucoup d’importance car c’était le symbole de la pureté morale. (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE CI-APRES en cliquant sur les images suivantes ou liens rouges : 

  


Edition du 29 Janvier 2018 : « J’ai arrêté de me doucher pendant un mois… Et j’ai survécu ! » par Guillaume d’Alessandro.

Cette fois, c’est décidé, j’arrête de me laver. Fini douche et savonnage quotidiens ! Malgré l’incrédulité de mon entourage, je suis bien déterminé à refuser l’injonction sociétale qui ordonne de se frotter tous les jours l’épiderme avec des détergents chimiques. 

Le but n’est pas de se transformer en clochard. Je vais continuer à me laver fréquemment les mains qui sont le principal vecteur des maladies. Je porterai toujours des vêtements propres et je me frotterai régulièrement le corps avec une serviette sèche. Ma décision se fonde sur la découverte d’un écosystème extraordinaire qui enveloppe mon corps, comme celui de tous les humains : le microbiome. 

(…) Annick Le Guérer, historienne du parfum, le souligne : « Nous sommes devenus intolérants aux odeurs des autres. C’est une phobie sociale qui prend toute son ampleur à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La généralisation des salles de bains et l’apparition du déodorant se sont traduites par une obsession de l’hygiène et de la désodorisation des corps. »  (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE version PDF ou LIRE LA VERSION WEB