Libération 21 décembre : Parfum : le genre, appât d’odeur, par Marlène Thomas

DÉCRYPTAGE

Parfum : le genre, appât d’odeur

Par Marlène Thomas — 21 décembre 2018 à 18:26

«Sans titre», série «l’Herbier» de Laurent Millet, 2007-2010. COURTESY GALERIE PARTICULIÈRE, PARIS

Boisé pour les hommes, fruité pour les femmes. Depuis les années 70, le business du parfum obéit à des stéréotypes genrés. Une pratique occidentale modelée par des stratégies marketing.

(…) Annick Le Guérer, historienne de l’odeur et du parfum, qui a notamment écrit le Parfum : des origines à nos jours, précise : «On sentait bon mais on mettait ces parfums aussi et surtout pour se prémunir des mauvaises odeurs qui, pensait-on à l’époque, entraient par la peau, le nez et la bouche, dans le corps et donnaient des maladies.» Dans l’Antiquité, à Rome, hommes et femmes se parfumaient indifféremment. Et même les chevaux et animaux domestiques y avaient droit pour les prémunir des épidémies et maladies. (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE