We Demain, mars 2017 : « J’ai arrêté de me doucher » par Guillaume D’Alessandro

logo-we-demain« J’ai arrêté de me doucher » par Guillaume D’Alessandro

INTRIGUE PAR LES DERNIERES ETUDES SUR LE MICROBIOTE CES MICRO-ORGANISMES QUI COHABITENT EN BONNE INTELLIGENCE SUR NOTRE EPIDERME, NOTRE JOURNALISTE A VOULU TENTER UNE EXPERIENCE : QUE SE PASSE-T-IL SI ON NE CROISE NI EAU NI SAVON PENDANT UN MOIS?

affiche-we-demain(…) Annick Le Guerer, historienne du parfum, le souligne « Nous sommes devenus intolérants aux odeurs des autres. C’est une phobie sociale qui prend toute son ampleur a la fin de la Seconde Guerre mondiale. La généralisation des salles de bains et l’apparition du déodorant se sont traduites par une obsession de l’hygiène et de la désodorisation des corps ». L’historienne mentionne une publicité pour un deodorant des annees 1950 qui montrait une femme levant le bras Le slogan était « A vue de nez, il est 11 heures ». « C’est une demande sociale oui est orchestrée par l’industrie, poursuit Annick Le Guérer. Aujourd’hui les parfums
sont partout dans les lessives, dans les produits ménagers, dans les habitations Des odeurs qui étaient banales et acceptées jusque dans les années 1980 sont désormais intolérables.  (…) 

« En 1348, rappelle Annick Le Guérer, la grande peste a tue le quart de la population européenne. Les médecins accusent les bains publics de propager les maladies. Selon eux, l’eau est néfaste et dangereuse. Elle ouvre les pores de la peau et facilite l’entrée des mauvaises humeurs dans l’organisme. Il faut donc la proscrire absolument » Les bains publics, les thermes sont fermes. De plus, la promiscuité des corps nus est une incitation a la débauche, selon les religieux. Mais ce n’est pas la fin de la toilette Les parfums, les vinaigres aromatiques et les onguents remplacent le savon. A la cour de Louis XIV, on considère que les couleurs ont des vertus hygiéniques. La chemise du roi est toujours blanche. Elle est changée plusieurs fois par jour, et même la nuit a la moindre souillure. L’obsession de l’hygiène est très forte mais elle prend une forme vraiment surprenante a nos yeux. Les nobles s’enduisaient « d’huile de chien parfumée ». En voici la recette de 1762 prendre « des petits chiens récemment nés, on les coupe en morceaux, on les met dans une bassine avec l’huile et le vin blanc, on les fait cuire à petit feu jusqu’à ce qu’ils soient frits, en ayant soin d’agiter le mélange avec une spatule de bois, afin que les petits chiens ne s’attachent pas au fond. L’huile obtenue, après expression, est versée sur des plantes aromatiques ». C’est excellent contre les rhumatismes, paraît-i. L’hygiène, alors, ne se réduit pas à la toilette de la peau. Elle concerne aussi la toilette interne «il faut purifier le corps. C’est une obsession du XVIIIe siècle. On boit les parfums Les médecins prescrivent des purges et surtout des saignées au risque de mettre en péril le bien portant. Le bain, cependant, fait sa réapparition à la fin du siècle », précise Annick Le Guérer. LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

MARKETING OLFACTIF : On nous mène par le bout du nez !

Logo SerengoMARS 2017 : MARKETING OLFACTIF, On nous mène par le bout du nez ! par Florence le Méhauté, 

Diffuser des senteurs: c’est la nouvelle astuce des marques pour doper les ventes. Et ça concerne tous les secteurs. Hum hum… 

odeur-illustrationIllustration : Charlotte du Jour/Marie Bastille

(…) Des goûts et des odeurs
Alors, on est fichus? À force de réveiller nos souvenirs avec des effluves souvent artificiels (ce qui pourrait finir par poser des problèmes sanitaires), les grandes marques vont-elles réussir à nous faire consommer encore et toujours plus ? Pas forcément « Contrairement aux animaux, nous ne réagissons pas de manière automatique, pavlovienne, à ce que nous sentons, relativise Annick Le Guérer, anthropologue et philosophe, auteur des Pouvoirs de l’odeur (éd Odile Jacob) En plus, il n’existe pas de senteur consensuelle. Un parfum qui plaît à une personne pourra être répulsif pour une autre. Par exemple, la lavande peut évoquer le linge frais mais aussi une maison de retraite où un proche est décédé » (…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

Mais qu’est-ce que ça veut dire «Ça sent le sexe»?

logo SlateSCIENCE & SANTÉ : Mais qu’est-ce que ça veut dire «Ça sent le sexe»? par Daphnée Leportois

Après un acte sexuel, eh bien, «ça sent le sexe». Et ces odeurs post-coïtales émises par les flux corporels, bien que naturelles, ont un petit quelque chose d’émotionnel et de culturel.

nez«C’est la combinaison du sperme et des sécrétions vaginales qui aboutit à cette odeur après le sexe» | Photo Javi via Flickr CC License by

(…)  «Sans odeurs, notre sexualité serait sans attraits. Dans l’acte de procréation, les odeurs sont utiles à l’espèce puisqu’elles jouent un rôle dans l’attraction sexuelle. Mais, une fois l’acte sexuel terminé, elles sont vues comme des rebuts, des déchets. Le corps sociétal glorifié n’est pas un corps animal mais un corps désodorisé et parfumé par l’industrie du parfum.» – Annick Le Guérer, anthropologue et philosophe, entre autres auteure de l’ouvrage Les pouvoirs de l’odeur (Odile Jacob, 2002)

(…) LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE

 

Le Temps CH. : « Rester sale? C’est du propre! » par Julie Rambal

logo-le-temps31 JAN 17 – « Rester sale? C’est du propre! » par Julie Rambal, journaliste.

HYGIÈNE : Ce ne sont pas des enfants récalcitrants à l’heure du bain, mais des adultes relativement sains d’esprit. Par souci écologique, ou pour ne plus agresser leur peau avec des gels douche synthétiques, les décroissants de l’hygiène se multiplient.

illust-article-temps(…) «Car l’époque est a l’intolérance olfactive absolue «Dans son effort inconscient a refouler la mort, la société met a distance toutes les odeurs corporelles putrides qui rappellent que l’on est périssable, analyse l’anthropologue et philosophe Annick Le Guérer, auteur de « Les Pouvoirs de l’odeur ». On ne supporte plus aucune émanation de sueur, pieds, lame, friture… Pourtant I’odeur corporelle est un adjuvant sexuel. Mais les messages publicitaires ont abouti a un modèle humain désodorisé et reparfumé.» (…) BASE flèche rouge 2 LIRE L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE