SE PARFUMER, UN ACTE D’HUMANITE – 3 signature olfactive

C’est cette logique d’intégration olfactive poussée à son paroxysme qui va conduire Grenouille, le héros parfumeur du célèbre roman de Patrick Suskind, à devenir criminel.Venu au monde dépourvu de toute odeur et par conséquent de toute humanité, il est rejeté par ses contemporains qui « ne peuvent pas le sentir » au sens propre du terme. Pour se faire accepter, Grenouille a l’idée folle de s’humaniser grâce à un parfum irrésistible obtenu par enfleurage de la peau et des cheveux de belles jeunes filles vierges qu’il assassine.

Braja Mookerjee, chercheur et chimiste indien passionné par les parfums, a repris cette démarche à son compte en usant, toutefois, d’une technique beaucoup moins radicale, celle du « headspace ». Cet appareil électronique destiné à capter l’odeur des fleurs rares sans avoir à couper leurs tiges, lui a permis de recueillir celle de l’épiderme de plusieurs jeunes filles. Il a isolé ainsi une senteur qu’il décrit poétiquement comme rappelant celle du lotus avec des notes aldéhydées.

On a même vu récemment une société de communication s’inspirer de cette technique pour créer une signature olfactive transmettant son identité à partir des odeurs de peau et de cheveux de ses 157 actionnaires…