RÉENCHANTER LE PARFUM- 3- Parfumeurs de Haute Parfumerie

Les parfumeurs « de niche » ou de « Haute Parfumerie »

Pour tenter de retrouver une originalité malmenée par des impératifs divers, il n’est pas étonnant que certains amateurs déçus se tournent vers des parfums « de niche », plus coûteux, élaborés par de petites maisons qui, ne cherchant pas à plaire à un très large public, n’investissent pas dans la publicité mais dans les composants et la création. Ainsi s’affirme une parfumerie élitiste aux antipodes d’une parfumerie de masse qui s’est écartée de l’idéal proposé par François Coty.

Les parfumeurs « de niche » ou de « Haute Parfumerie » comme Patricia de Nicolaï, Sevessence, Odeurs de Sainteté, Diptyque, L’Artisan Parfumeur, Frédéric Malle, Serge Lutens, Different Compagny, Parfum d’Empire, les Parfums de Rosine, Frapin, Laura Tonatto, Vero Profumo, Atelier-Flou, Francis Kurkjian… et bien d’autres encore, s’adressent à une clientèle restreinte demandeuse de belles matières premières et de créations inédites. En marge de l’industrie « lourde » du parfum qui déploie pour chaque nouveau produit, campagnes de promotion, échantillons, films, égéries mondialement connues, ces petites structures audacieuses cherchent à expérimenter des fragrances qui sortent des sentiers battus.

En supprimant ou limitant la publicité et les tests qui entravent l’innovation, elles mettent tout leur budget dans les ingrédients et dans l’exploration de voies nouvelles et prennent infiniment moins de risques financiers, mais beaucoup plus de risques esthétiques que les grandes marques.

Le succès remporté par ce mouvement, même s’il tend aujourd’hui à se galvauder, ne pouvait laisser ces dernières indifférentes. Certaines ont réagi en créant de luxueuses collections particulières qui se démarquent de leur production habituelle et s’adressent à des amateurs exigeants prêts à payer le prix de la différence.